Les Origines de la Médecine

Petites Histoires -  2 septembre 2013

Ah… bien heureux est l’homme du 21ème siècle !

Alors certes, il vit communément dans des immeuble modernes qui rivalisent d’étroitesse et de laideur avec les pavillons en crépi qui grignotent nos campagnes, sans parler de la pollution qui l’environne ; mais il ne décède plus d’un vilain Choléra et encore moins d’une honteuse pustule, le bras scarifié par d’atroces saignées… et ça mes amis, c’est super nouveau !
Et voilà bien qui m’a toujours sidérée : comment des sociétés capables de construire des Versailles, capables de voguer sur tous les océans, d’inventer l’art du raffinement, et j’en passe, en soient toujours à soigner une gastro avec trois sangsues et un Pater Noster…
Je t’en foutrais moi, des robes de taffetas et de l’étiquette à la française avec des chicos pourris et de la crasse au fion !

Mais si nous essayions plutôt de comprendre ce phénomène ? Pour cela, il va nous falloir remonter loin, très loin dans le temps… aux origines de la médecine !
A vos blouses et scalpels les amis, nous allons trancher dans les siècles afin d’en extraire ce fameux mystère.

Allez, hop, c’est parti, suivez-moi !

Dessin des grottes de Lascaux

Dessin des grottes de Lascaux

Pour le coup on a peut-être tranché un peu profond, à en voir les dessins ici présents dans cette caverne. J’aimerais croire qu’il s’agit des gribouillis du petit Louis XV à 7ans dans la grotte de Thétis à Versailles, seulement je ne vois point les statues d’Apollon ni les nymphes, et étant donné la nature hirsute et sauvage qui nous entoure, l’ensemble m’a tout l’air d’être l’œuvre d’un souillon… ou d’un homme préhistorique !

Crâne de jeune fille trépané au silex, 3500 av J-C

Crâne de jeune fille trépané au silex, 3500 av J-C

Oh ! Regardez ce crâne humain perforé avec des dents tout aussi perforées ! Hum… A vu de nez ( c’est le cas de le dire !) nous sommes environ 8 000 ans en arrière (ça fait loin quand même ! Zut, j’aurais du prendre mon répulsif anti-mamouth…)

Pour en revenir à notre crâne, cet ex-bonhomme a tiré le jackpot : maux de crâne et mal de dents.
A cette époque, voyez-vous, on n’arrache pas une dent malade en tirant comme une grosse brute avec des tenailles rouillées ! On fait de la chirurgie… de non précision, certes, mais de la chirurgie quand même.

Alors oui, on ne maîtrise pas encore très bien l’art pictural, pas plus que l’art du vêtement, mais allez savoir : peut-être refusent-ils par principe une société consumériste basée sur un système d’apparence social… En tout cas ce qui est sûr, c’est qu’ils maîtrisent l’art de soigner, ou du moins ils essaient.

Cette dent perforée que voilà était à l’origine une dent cariée, qui a été soigneusement évidée grâce à une petite fraise. En effet, ils utilisent des fraises primitives qu’ils fabriquent grâce à une mince pointe de silex et qu’ils font tourner très rapidement afin d’évider la carie. Ensuite on colmate avec un pansement à l’opium, antidouleur, et hop, a plus bobo !
Si l’on va chez le « dentiste » préhisto avec quelques appréhensions, toujours d’actualité, mais sans se mettre en grand danger, il faut en revanche être beaucoup plus précautionneux à l’heure de se plaindre d’un mal de tête, ou de péter une durite qui pourrait être assimilée à de l’épilepsie ou à une tumeur au cerveau, car la trépanation guette ! C’est ce qui est arrivé au crâne de Monsieur ici présent, enfin… de Madame (on aurait dû s’en douter !).

Trépanation expérimentale sur un crâne de bovidé il y a 5000 ans environ

Trépanation expérimentale sur un crâne de bovidé il y a 5000 ans environ

Point d’Aspro pour soulager de tels maux, mais un petit raclage du ciboulot ! Toujours à l’aide du bistouri local (le silex) ils raclent la boite crânienne jusqu’à y faire un trou, ce qui procure un soulagement immédiat. Pas de panique, ces gars-là sont des experts, ils se sont longuement entraînés sur… des vaches, c’est vous dire !

Bref, à la préhistoire, on trépanait, on amputait des membres, on soignait des caries… C’était du sérieux donc, et la médecine comme les hommes s’en portaient plutôt bien !
Hélas… Le bon vieux silex est remplacé par la croix et l’amulette. Et quand les Dieux pètent le feu, c’est la médecine qui tombe malade.

Est-ce parce que l’homme s’embourgeoise ? Ou bien qu’il s’ennuie (ce qui va souvent de pair) ? Quoi qu’il en soit, l’homme antique se pique de questions métaphysiques : « Pourquoi je tombe malade ? Pourquoi je souffre ? ».

La réponse logique eu été un truc du genre : « c’est parce que tu as mal au foie, et entre nous Bébert, t’aurais moins picolé hier que ce ne serait pas arrivé ; alors à la diète ! ».
Mais non, ce ne fut pas la réponse… (ça, c’est parce qu’il n’a pas demandé à sa femme !).

Asterix et le bouclier ArverneMonsieur fait le mystique et le macho, non seulement il n’a pas demandé à sa femme, mais en plus il la tiendrait même responsable de ses maux (ou peut-être qu’il a demandé mais la réponse ne lui parut pas satisfaisante !).
Le voilà donc parti dans des histoires abracadabrantes de Pandore, Eve ou Seth selon qu’il est, Grec, Chrétien ou Égyptien. Selon ses conclusions, les hommes (ou plutôt les femmes) ont mis les Dieux en pétard et ce sont tous les hommes qui dérouillent.

Esculape

Esculape

Seule solution pour guérir : s’attirer la clémence du Dieu. Ranger vos bistouris malheureux mécréants ! L’heure est aux prières, aux offrandes et aux repentirs.
Si vous êtes Égyptien, faites des signes à Horus peut-être prendra-t-il pitié de vous ; si vous êtes Grec ou Romain, attirez l’attention d’Esculape, vous ne pouvez pas vous tromper : c’est le gars en toge qui se balade toujours avec un serpent enroulé autour de son bâton (devenu l’emblème de la médecine).

Et si vraiment filer 3 oranges à Horus dans son temple ne suffit pas à vous guérir, vous pouvez toujours essayer quelques recettes soit-disant « médicamenteuses » dont les Égyptiens ont le secret et que personne ne se risquerait à leur piquer, voyez vous-même : excréments d’oiseaux mélangés à de la chair de moules, huile de moringa et sang de serpents…
Ne riez pas chers amis, c’est de la science… magique ! En  ingurgitant pisses et crottes animales, le patient repousse les forces néfastes qui ont pris possession de son corps, élémentaire mon cher Watson…

 

Heureusement pour lui, l’homme invente l’écriture et les choses sérieuses peuvent commencer. En 3 100 av. J-C, ça dépote grave en Egypte : on invente les hiéroglyphes, on centralise la monarchie, on compile les connaissances… Le prêtre et le magicien sont alors obligés de faire un peu de place à un nouveau venu : le médecin.

Exposition Bodies

Exposition Bodies

Tout s’enchaîne ensuite très vite au pays de Cléopâtre : on construit des écoles de médecine et on se spécialise : médecins des yeux (qui opèrent très bien la cataracte au 3ème siècle av.J-C), des dents, de la tête, du ventre, etc. On invente un protocole médical (auscultation et interrogatoire du patient), on comprend le lien entre le pouls et le battement du cœur (même si l’on croit que le cœur est le siège des émotions et de l’intelligence). C’est tellement bien parti qu’on s’attendrait presque à ce qu’ils inventent le CHU et la carte vitale ! Mais non, en Egypte la médecine finit par stagner. A force de se baser uniquement sur les savoirs (et les non-savoirs) des anciens, elle ne progresse plus. Et la dissection restant une pratique interdite… la médecine des Égyptiens a une petite baisse de forme.
Ce qui n’est pas le cas chez les Grecs, car depuis qu’Hippocrate a vu le jour en 460 av. J-C, la médecine tient une forme Olympienne !
Premier lancé de javelot de notre champion en pleine poire des prêtres : « La guérison ne dépend pas des dieux mais de l’art du médecin ! ».

Puis il continue sur sa petite foulée en remettant le bon sens aux premières loges :
« Manger sain et équilibré, surtout des fruit et légumes. » (on va finir par le savoir, nous autres du 21ème !)

Hippocrate et Democrite, Lastman

Hippocrate et Democrite, Lastman

Puis il termine sa course de la médecine par un sprint légendaire qui a traversé les siècles : le serment d’Hippocrate.
Le principe ? Assister le malade pendant sa maladie et lui être utile ou, le cas échéant, ne pas lui nuire. Le corps disposant des ressources nécessaires pour se défendre de la maladie, il n’est pas nécessaire de recourir à des méthodes invasives ou nuisibles.

Du simple, du pratique et de l’efficace qui pose les bases de notre déontologie médicale actuelle. On lui aurait presque décerné la palme… s’il ne s’était pas dopé avec des principes aussi fumeux qu’ils furent tenaces dans le temps.

Théorie des humeurs

Théorie des humeurs

En effet, notre athlète soutient que le corps humain est le reflet du cosmos, et par conséquent il serait constitué de quatre humeurs, comme le monde l’est des 4 éléments (eau, terre, feu, air), c’est à dire : le sang, la bile jaune, la bile noire, et le phlegme.
Aïe ! La chute est d’autant plus grande qu’il était monté haut notre Dieu grec de la médecine…

Et de s’enfoncer dans sa déchéance en nous expliquant que la maladie provient d’un déséquilibre entre les humeurs, c’est à dire quand une d’elle se met à fluer et s’isole, et bla, bla, bla….
Le pompon sur la tumeur : il préconise lavements, emplâtres, saignées et autres sangsues comme remède.
Vous me croyez, vous ne me croyez pas : pas un qui ait moufté et remis en cause le délire pendant presque 2 000 ans !
Comment le concept s’est exporté jusqu’en France ?

Demandez donc à Galien, la rock star de la médecine qui a exporté ses compiles médicales dans tout l’empire !

Comme son copain Hippocrate, le bonhomme est prometteur. Né vers 129 de notre ère à Pergame, ce grec d’origine est jeté très tôt dans l’arène de la médecine : il est médecin des gladiateurs ! De l’arène à l’empereur il n’y a qu’un pas qu’il franchira allègrement à Rome, en devenant le médecin de l’empereur Marc Aurèle puis celui de Commode.

Claude Galien

Claude Galien

Est-ce de l’arène que lui vient le sens du show ? Car plus Galien que galérien, notre romain d’adoption décide de faire avancer la médecine à sa façon, c’est-à-dire d’en faire un truc à sensations plutôt qu’un truc à sangsues.

Il comprend que faire péter les foies et autres organes est THE moyen qui fera péter l’audimat et l’ignorance !

Ni une, ni deux, le voilà en plein forum, armé de ses scalpels et de ses singes : le show peut commencer !
Devant une foule médusée, il découpe, extrait, suture, ligature… des cœurs de singes, des poumons de biques, des urètres de lapin…C’est le déluge d’organes et d’expériences. Comme notre Noé n’a pas le droit de faire monter des humains dans l’arche de la dissection, ce sont les animaux qui trinquent à notre bonne santé ! Et puis franchement, quelle différence entre une lapine et une femme ? Oh, si peu selon Galien… Du coup, il faudra attendre le 16ème siècle pour que la femme ne soit plus pourvue d’un utérus de lapine ! Comme le dira Vésale : «  Galien a été trompé par ses singes » …

En attendant il permet la compréhension de la fonction du diaphragme dans la respiration, la fonction des reins, et aussi des avancés notoires dans la pharmacopée (pour ça il a un tour infaillible, le « clou » du spectacle : il n’hésite pas à se faire de grosses blessures sur le cuissot en plein public afin de démontrer le bien fondé de certaines méthodes de guérison). Sa notoriété est telle que ses pratiques et autres découvertes sont adoptées dans tout l’Empire, de la Grèce en passant par la France.Intervention chirurgicale sur Enée dans la maison du chirurgien

Ce Jésus Christ venu pour sauver la science aurait bien mérité une belle couronne d’herbes médicinales s’il n’était pas resté l’apôtre du dieu grecque Hippocrate : en continuité avec ce dernier, il soutient la théorie des humeurs, soit disant qu’il affine (comme s’il y avait quelque chose à affiner… enfin, passons…). Et voilà comment nous restons, malgré les solides bases qui viennent d’être posées, avec cette mauvaise théorie des humeurs, dont les pratiques servent surtout, en toute logique, à mettre de mauvaise humeur.

Et ce n’est pas la grosse vautre de l’Empire Romain, suivie de l’arrivée du Moyen Age avec son baluchon de croyances et autres bondieuseries, qui ont aidé cette jeune médecine à grandir, bien au contraire…
La pauvre s’est toutefois ragaillardie à la Renaissance, grâce notamment à Ambroise Paré qui a su cautériser les blessures faites par ces âges obscurs. Elle s’est ensuite réchauffée à la lumière des siècles qui en produisaient mais enfin… on est encore loin du salvateur 19ème siècle qui produira les premières vraies lueurs médicinales comme l’anesthésie, le vaccin contre la rage, le rayon X, l’électrocardiogramme, etc.

L'Ange anantomique, Gautier d'Agoty

L’Ange anatomique, Gautier d’Agoty

Voilà pourquoi, mes chers amis, pendant tous ces siècles d’art et de raffinement, la vérole s’est épanouie sous les poudres parfumées, les pustules ont éclos sous les pourpoints de soie et les seuls malades qui s’en tiraient à coup sûr étaient les malades imaginaires, comme l’a bien compris Molière :

«  Dans les discours et dans les choses, ce sont deux sortes de personne que vos grands médecins ; entendez les parler, les plus habiles du monde ; voyez les faire, les plus ignorants de tous les hommes… ».

(Extrait du malade imaginaire.)

Histoire Très Personnelle vous remercie pour ces 2 commentaires :

  1. je serais très intéressé par l’histoire de la connaissance ou de la reconnaissance des maladies psychiques au cours de l’histoire humaine….merci…et bonne semaine à venir…

  2. Super article! Ce petit parcours dans l’histoire de la médecine a réactualisé mes connaissances , merci.
    J’attends avec impatience votre nouveau sujet.

Mes chers amis, vous avez la parole :

Les champs marqués d'une * sont nécessaires pour que votre commentaire soit publié

x

Ici, pas de longs discours académiques,
Pas de dissection scientifique de l’Histoire,
Pas d’écartèlement de grands hommes entre des dates.

Ici, je vous propose de prendre une porte dérobée de l’Histoire, celle prévue pour les intimes. Tous mes amis vous y attendent. Venez donc prendre un café avec Monsieur de Sade, heu… non pas lui, on va attendre de mieux se connaitre ! Allons plutôt chez Diderot, il est super cool. Ensuite nous irons explorer des châteaux, et chemin faisant, je vous raconterai plein de petites histoires sympathiques…

Je vous propose que l’on s’amuse à créer des thématiques pour donner un alibi à nos promenades intempestives dans les siècles, et des raisons à nos conversations badines.
Vous avez une idée ? Hum… Je vous sens quelque peu timides. Allez hop, je donne le ton : ce sera Le libertinage ! A moins que vous ne préfériez Tortures et Châtiments ? De toute façon,  il y en a pour tous les goûts…

Moi, votre guide ? Mais non, voyons ! Votre meilleure amie historique, celle qui vous prend par le bras et vous chuchote les potins, les scandales et dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas…

Allez hop, c’est parti, suivez-moi !

x
Aux grands artistes   Histoire Très Personnelle reconnaissante

Si vous émettez des gloussements de rire lors de la lecture d’Histoire Très Personnelle,
Si vous admirez au moins une personne née avant 1900,
Si la folie de votre imagination n’a d’égale que celle de votre passion,
Si cette passion est la photo, le dessin, le costume, le maquillage, la coiffure, etc.,
Et surtout de faire des choses aussi déjantées que belles…

Qu’attendez-vous pour contacter Histoire Très Personnelle ?
Votre place au Panthéon vous attend !

Contactez-moi
x
Dame Ariane
15ème Siècle
Mademoiselle
de Riri
18ème Siècle

Qui suis-je ?

Je m’appelle Ariane.
Non, pas comme la fusée ! Rhooo… Comme la princesse de la mythologie grecque : ma sœur c’est Phèdre et mon frangin c’est le Minotaure. Quant à mon mari, il s’appelle Bacchus…
Oui je sais, que des cinglés, ce qui expliquerait peut-être mon grain de folie ?

Que fais-je dans la vie ?

Être (enfin) en accord avec moi-même, ce que je ne saurais mieux vous conseiller ; c’est-à-dire vivre de mes passions, prendre du plaisir et surtout, être moi-même.
Non, ce n’est pas un discours idéaliste d’ado attardée, au contraire ! Ça m’a pris 30 ans pour le comprendre,  et surtout, pour oser le faire…
J’ai travaillé de nombreuses années dans la mode en faisant des choses qui m’ont parfois déplu, et j’ai même monté ma propre marque haut de gamme pour femme.
Dans ce magazine, j’ai décidé de réunir toutes mes passions, ce qui donne pêle-mêle : l’Histoire, l’écriture, la direction artistique (et même, je l’avoue, un soupçon de mode, pas pu m’en empêcher !).
La seule passion manquante à l’appel ici est le cinéma, mais ça viendra, je vous en réserve la surprise…

Alors certes, je ne gagne presque pas un rond mais n’empêche, vivre ses passions, qu’est-ce que c’est bon… Une vraie vie de luxe que je souhaite à tout milliardaire !

Pourquoi j’écris ce magazine ?

Franchement, vous en connaissez beaucoup parmi vos amis qui, comme moi, vont se rincer une dent avec le prince de Talleyrand (qu’est-ce qu’il picole celui-là !), coller des baffes à Robespierre ou encore faire la fête avec Marie-Antoinette ?
Non ? Alors, vous voyez, il faut bien que je vous raconte !

Moi au Moyen-Age

Ah, c’est vous mes amis ? Ouf, j’ai eu peur que ce soit quelqu’un d’ici qui m’ait pris en flag !

Je vous explique :

Comme vous le savez, je voyage dans les siècles à la rencontre de mes amis. J’étais donc partie me promener au 15ème siècle pour aller rendre visite à deux copines :  Agnès (Sorel) et Jeanne (d’Arc). Seulement voilà, cette gourgandine d’Agnès est occupée à forniquer avec son Carlito (Charles VII) . Quant à Jeanne, elle est plus ou moins devenue schizo depuis qu’elle entend des voix (ne le dites à personne, surtout pas aux Anglais, mais elle manigance pour prendre la tête d’une armée, n’importe quoi !).

Bref, tout le monde est très occupé et je m’ennuyais. Comme ce ne sont pas les activités fun qui pullulent à cette période de l’Histoire, je suis donc allée faire un tour à l’église, histoire de faire bonne figure et surtout bonne lecture.
Seulement je n’aime pas trop la Bible, il n’y a pas pire pour filer des maux de crâne (et ici pas la peine de chercher d’aspirine, vous ne trouverez que des hosties). Du coup, je remplace le livre Saint par le Saint des livres : le kamasutra. C’est l’accessoire indispensable quand on voyage au Moyen Age, je l’emporte toujours avec moi.

Mais chut ! Ne le dites à personne car je n’ai pas envie de me faire griller (au sens propre du terme !).

Bon, maintenant que vous êtes là, ça vous dit d’aller faire un tour chez ma meilleure amie, Marie-Antoinette ?

Moi au 18ème siècle

Votre voyage depuis le Moyen Age s’est bien passé ?
Moi, je viens de prendre 3 siècles et j’en ai les cheveux qui ont blanchi !

Nous voici chez Marie-Antoinette, mon illustre amie.
Elle adore organiser des sauteries dans son hameau. C’est Loulou qui lui a fait construire ce petit endroit.
Il est certes hyper sympa, mais ça a coûté les yeux de la tête, paraît-il… D’ailleurs pas plus tard qu’hier je lui disais : « Toinette, tu fais ta coquette en jouant à la paysanne avec tes moutons à 3000 dollars, mais ça en énerve plus d’un, tu sais ! Un jour ça tournera mal…».

Enfin bref, aujourd’hui on y joue une pièce de théâtre, veuillez donc excuser ma tenue champêtre quelque peu décontractée. Je me suis habillée à la hâte ce matin, en à peine une heure et demie, c’est vous dire…

Ça vous dérange si je boulotte un cupcake ? J’en ai piqués à la laiterie tout à l’heure, il parait que c’est Lafayette qui a ramené cette curiosité des Etats-Unis, j’en suis folle ! (de l’un comme de l’autre).
Chut, parlons moins fort ! Toinette est en train de jouer sa pièce de théâtre. Cachez-vous donc derrière mon éventail et continuons notre causerie à voix basse.
Entre nous, vous ne trouvez pas que son jeu d’actrice est pitoyable ? C’est comme cette duchesse de Polignac qui…
Comment ça, je critique ? Mais évidemment, voyons ! Manger et médire sont les plus savoureux passe-temps de ce siècle.

Allez, mes amis, je cesse de vous ballotter entre les siècles, cette fois c’est moi qui viens à vous…

Moi au 21ème siècle

Salut les amis, on se fait la bise ?
Ah… de retour au 21ème siècle, ça fait du bien !
Veste, legging et chewing-gum, c’est à ça que l’on sait qu’on est revenu à la maison.

Bon, on se fait la photo finale ? Afin que vous sachiez enfin à quoi je ressemble telle que Dieu m’a faite (et aussi la mode printemps-été, j’avoue !)
Meeeer… juste au moment où je faisais ma bulle de chewing-gum ! C’est fou cette faculté naturelle que j’ai de me faire prendre en flagrant délit de mauvaise conduite… Mais bon, autant vous y habituer dès à présent, parce que ce n’est pas prêt de changer ! ( Maman si tu me lis : désolée…)

Maintenant que la glace est définitivement rompue entre nous, on va pouvoir se balader en toute liberté et en toute intimité dans les différents siècles !

L’Histoire, c’est Mon Histoire…

Allez hop, c’est parti, suivez-moi !

x

Chers amis,

Bienvenus dans la tour de contrôle d’Histoire Très Personnelle.
Vous trouverez ici tous les futurs plans de vol : nos prochaines destinations (les articles à venir), et les nouveaux grands voyages dans l’Histoire (les nouveaux thèmes).
Nous décollons pour une nouvelle destination (nouvel article) chaque début de semaine, quant aux nouveaux grands voyages, c’est selon l’humeur du pilote.

Embarquement imminent !

Nouveau Grand Voyage : L’Amour

Prochaines Destinations

Lieux :
Dans le thème « Tortures et Châtiments » : Cartouche, un homme explosif

Lieux :
Dans le nouveau thème de « L’Amour » : Château de Maisons-Laffitte (A Monsieur le Marquis)

Merci d’avoir choisi Histoire Très Personnelle,
Bon voyage…

Chers amis,

Faites partie du Cercle des Initiés et recevez les articles dès leur sortie.

x
x

Chers amis,

Devenez membre du Cercle des Initiés d’Histoire Très Personnelle, et soyez les premiers à embarquer pour les nouvelles destinations !
Je viendrais toquer à votre boite mail une fois par semaine, à chaque nouvel article.

Notez qu’Histoire Très Personnelle impose une loi drastique à sa Newsletter (car c’est tellement vicieux une Newsletter sinon !) :

Article 1 : Jamais de spam tu ne feras
Article 2 : Pas plus d’une fois par semaine (max !) tu apparaîtras
Article 3 : Drôle toujours tu seras
Article 4 : Informations captivantes obligatoirement tu délivreras

Le non-respect d’un de ces articles entraînera la mort immédiate et publique de la newsletter, par procédé de décapitation du cou, euh… du code.

La page Facebook n'est pas encore disponible, mais vous pouvez déjà nous soutenir !
x