Fantasme oriental

Petites Histoires -  10 septembre 2013

Faisant suite à l’Art du Nu, voici un sujet au « poil », pour nous y replonger justement… dans le poil pubien, le poil pas bien, bref le poil qu’on aime bien !
Mais cette fois, nous allons l’agrémenter d’odeurs exotiques et de couleurs chaudes, très chaudes…. Car ce poil-là, voyez-vous, se complet sur les peaux mates et dorés, se caresse aux lourds velours, s’enivre des atmosphères moites et se pâme dans le suave parfum de la luxure…
Ohoh ! Que de délicieuses perspectives n’est-ce pas ?
Et pour cause, je vous emmène dans le monde des courtisanes orientales !
Allons pousser les lourdes et dangereuses portes des harems à la recherche de ce poil rare.

Allez, hop, c’est parti, suivez-moi !

Odalisque à l'esclave, Ingres

Odalisque à l’esclave, Ingres

Aaah… le harem oriental !

Nous sommes au 19ème siècle et voici une source intarissable de fantasmes pour nous, pauvres européens. Elle est alimentée par le puissant courant du secret, de l’interdit, de l’inaccessible et bercée par les doux flots de l’imaginaire et de l’exotisme.
C’est à croire que même nos belles courtisanes rousses à la peau laiteuse et aux seins rebondis ont du mal à rivaliser avec le puissant aphrodisiaque de l’orientalisme !

Le Général Bonaparte et son état-major en Égypte, Gérôme

Le Général Bonaparte et son état-major en Égypte, Gérôme

Nous aurions pu en rester là, à s’astiquer le poireau comme de pauvres ados libidineux en rêvant à ces jolies histoires de harem oriental, si notre cher Napoléon ne nous avait pas déniaisé.

En effet, en cette année 1798, alors qu’il est encore général, le petit Bonaparte commence à ressentir une forte excitation, non pas à l’idée de se taper une orientale (quoique…), mais à l’idée de taper sur les orientaux, en l’occurrence les égyptiens !

Ce désire aussi impérial qu’impérieux doit être assouvi prestement. Pour ce faire, il lui faut des hommes, beaucoup d’hommes… il est comme ça notre Napoléon. Mais non pas gay… rhooo ! Disons qu’il compense une petite taille par de grandes vues (je ne voudrais viser personne mais si tout le monde pouvait en faire autant !).

 

 

 

Et cette fois, ses vues ne se portent pas seulement sur ses chers bidas mais aussi sur des scientifiques.
Car tout militaire qu’il est, ce cher enfant a le cœur tendre et la mémoire dure : il se souvient des légendes et histoires orientales qu’on racontait déjà au Siècle des Lumières, que ce soit Voltaire avec son « Fanatisme ou Mahomet », ou Montesquieu avec ses « Lettres Persanes ».
Du coup, il décide que pendant qu’il fera mordre la poussière à l’armée Égyptienne, son armée scientifique, elle, l’analysera. Et c’est ce que firent avec application ses historiens, botanistes, et autres dessinateurs avec un zèle fort louable, qui permit de ramener de cette expédition moult trésors pharaoniques, au sens propre du terme !

Et voilà, nous sommes en 1801, les égyptiens ont pris une belle dérouillée qui a dérouillé la mode de l’orientalisme du même (gros) coup (dans la gueule).
Ces harems ne sont plus des mirages perdus dans le désert historique de la fin du Moyen Age (à l’époque des découvertes de Marco Polo & co), car maintenant on en est sûr,  ils existent bel et bien.

Odalisque, Constant

Odalisque, Constant

Whaouuuu, trop bien ! Qu’est-ce qu’on attend pour y aller ?
Ben on n’attend pas justement ! Nos érudits, aussi égrillards qu’intellectuels, comme souvent, sont les premiers à sauter…(comme souvent, héhé !), sur l’occasion.
Alors que traditionnellement, pour clôturer leurs études, les artistes partaient pour une année « Erasmus » dans la très sérieuse et classique Italie, ils lui préfèrent maintenant des destinations beaucoup plus sexy comme L’Afrique du Nord.

La mort de Sardanapale, Delacroix

La mort de Sardanapale, Delacroix

Un des premiers à entrer dans la danse de ce joli mouvement est le romantique Delacroix. Malheureusement le pauvre Eugène commence par un petit pas de travers avec « La mort de Sardanapale » et manque de se casser une réputation. Ses orientales nues contorsionnées qu’il expose au salon de 1728 se font rhabiller vite fait mal fait par la critique, et c’est Gégène qui se contorsionne de douleur au son strident de journalistes braillards et hypocrites.

Carnet de croquis faits au Maroc, Delacroix

Carnet de croquis faits au Maroc, Delacroix

Et oui, c’est toujours la même chose… Comme on l’a vu dans l’Art du Nu, ce sont généralement ceux qui fantasment le plus sur les harems et autres petites nudités opportunes, bien planqués dans leurs alcôves, qui sont les premiers à beugler publiquement contre cela même qui les excite, bande de défroqués, va !

Enfin, toute cette mascarade n’a heureusement pas empêché, 4 ans plus tard, notre Eugène d’être choisi pour une mission diplomatique en Algérie et au Maroc. Passant de la théorie à la pratique de l’orientalisme, il revient avec de gourmands croquis, croqués de-ci, de-là.

 

Autre « célébrité » ayant allègrement croqué dans le fruit sucré de l’orientalisme, c’est Flaubert. Parti en Egypte, notre coquin d’écrivain se retrouve à propos à Esneh et assiste à une danse d’effeuillage, dite danse de l’abeille, pratiquée par une courtisane orientale. C’est tout émoustillé qu’il nous raconte que « telle était sa sensualité que les jeunes musiciens qui l’accompagnaient avaient les yeux bandés par des mouchoirs afin de ne pas corrompre leur innocence ». Quant à lui, il s’était mis son innocence derrière l’oreille, semble-t-il, et le mouchoir très certainement à la main car si les yeux n’étaient pas bandés le reste devait l’être !

Danse de l'Almeh, Gérome

Danse de l’Almeh, Gérome

Flaubert est loin d’être un cas isolé, car nombre de ses petits copains sont également partis à l’assaut des pays orientaux, comme Dumas, Hugo, Lamartine, Gautier, etc. Certains tiennent des carnets de voyage de manière très sérieuse et détaillée, comme Chateaubriand dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem.

 

 

Mais enfin, ce qui reste le plus band…heu pardon kiffant, c’est la peinture orientale. Et plus particulièrement celle de la courtisane dans son harem. Et encore plus particulièrement celle de la courtisane dans son harem soumise à des pratiques illicites dans nos contrées : esclavagisme, polygamie, bains public, etc.
Plus c’est interdit et plus c’est choquant. Et plus c’est choquant plus on en redemande, n’est-ce pas les amis ? Mais plutôt à voix basse car nous sommes au 19ème siècle.

On ne parle plus que de ça dans les salons, on raffole de l’esclave sexuelle maure, on veut voir du sultan enturbanné, despote et lubrique !
On aimerait bien y aller, mais bon… c’est loin, compliqué, dangereux… et même si les tous nouveaux bateaux et locomotives à vapeur améliorent les choses, cela reste un truc pour les artistes marginaux et aventuriers.
Le bourgeois gentilhomme, lui, se contente de vibrer devant « L’Odalisque allongée » de Constant ou  » La Grande Odalisque  » d’Ingres, confortablement assis dans les salons parisiens, c’est quand même plus safe !

La Grande Odalisque, Ingres

La Grande Odalisque, Ingres

Déjà que certains de ces artistes n’y ont jamais mis les pieds, ce qui est le cas d’Ingres…. Qui l’eût cru, hein ? Ah ça, il nous a bien enfumé le saligaud avec ses illustres toiles de courtisanes orientales à poil plus vraies que nature ! Que du pipeau ! Ça vous en bouche un coin ? Moi aussi !
Et pourtant le public du 19ème s’en cogne ! Ce qu’il veut c’est toujours plus d’orientalisme, du coup les artistes se lâchent et ça dépote grave : du thème de la prostitution, on passe à celui de l’orgie ; puis vient celui de l’homosexualité féminine (« Le Bain Turc » d’Ingres) et pour finir, on lâche les chiens : l’inceste !

Le bain turc, Ingres

Le bain turc, Ingres

C’est Cabanel qui s’y colle avec sa Thamar. Alors bien sûr, il vous racontera que le sujet de sa toile est hautement spirituel puisqu’il traite d’un sujet biblique et que… et que… rien du tout !
On nous l’a fait pas à nous, alors arrête ton char Cabanel ! Oui, ta Thamar est bien issue de la bible parce qu’il te fallait une excuse pour représenter du nichon et du Maure à turban.
Pour le coup c’est réussi, je vous laisse juger les amis : la fille topless, c’est Thamar, fille du roi David. Elle vient de se faire violer par Amnon, son grand frère, alors qu’elle lui apportait gentiment des gâteaux. Ce dernier, ayant visiblement un sacré pète au casque, était tombé amoureux d’elle et cherchait comment arriver à ses fins (comprendre la forniquer).
N’ayant trouvé d’autre mode de fornication que sous la contrainte c’est une Thamar désespérée que l’on voit ici représentée sur les genoux de son autre frère Absalom, morte de désespoir et de douleur.
Ce frère, plus équilibré (ou pas), décide de venger sa sœur en faisant zigouiller l’autre taré d’Amnon.

Thamar, Cabanel

Thamar, Cabanel

On est en plein drame sexuel dans une Jérusalem fantasmée, et comme d’habitude, l’orientalisme jaillit dans des couleurs chaudes et précieuses qui créent un spectacle brillant d’émotion. Le spectateur est saisit, le spectateur jouit, le spectateur applaudit… et c’est l’artiste qui entre en transe !

Odalisque, Renoir

Odalisque, Renoir

Grace à lui nous forçons ces portes interdites des harems, nous accédons à ces femmes invisibles, certes en peinture mais ce qui reste une chance rare car n’oublions pas que l’art musulman, lui, interdit toute reproduction des corps.

Grâce à nos artistes nous avons accès à l’inaccessible, et peu importe si ce n’est pas exactement la vérité, car le plaisir de l’orientalisme n’est pas tant de voyager dans ces contrées que dans celles encore plus lointaines de l’imaginaire…

 

Ah…comme vous me manquez chers artistes romantiques !

Histoire Très Personnelle vous remercie pour ces 2 commentaires :

  1. Nos jardins secrets ne sont jamais à la française, ni même à l’anglaise; les mauvaises herbes et la sauvageries s’y épanouissent…

  2. je suis venu, guidé par le hasard, j’ai vu, titillé par la curiosité et la gourmandise, j’ai été vaincu, percé par votre plume fantasmallégorique.
    Vous voilà avec un fan de plus, dans votre salle de trophée.
    A bientôt.

Mes chers amis, vous avez la parole :

Les champs marqués d'une * sont nécessaires pour que votre commentaire soit publié

x

Ici, pas de longs discours académiques,
Pas de dissection scientifique de l’Histoire,
Pas d’écartèlement de grands hommes entre des dates.

Ici, je vous propose de prendre une porte dérobée de l’Histoire, celle prévue pour les intimes. Tous mes amis vous y attendent. Venez donc prendre un café avec Monsieur de Sade, heu… non pas lui, on va attendre de mieux se connaitre ! Allons plutôt chez Diderot, il est super cool. Ensuite nous irons explorer des châteaux, et chemin faisant, je vous raconterai plein de petites histoires sympathiques…

Je vous propose que l’on s’amuse à créer des thématiques pour donner un alibi à nos promenades intempestives dans les siècles, et des raisons à nos conversations badines.
Vous avez une idée ? Hum… Je vous sens quelque peu timides. Allez hop, je donne le ton : ce sera Le libertinage ! A moins que vous ne préfériez Tortures et Châtiments ? De toute façon,  il y en a pour tous les goûts…

Moi, votre guide ? Mais non, voyons ! Votre meilleure amie historique, celle qui vous prend par le bras et vous chuchote les potins, les scandales et dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas…

Allez hop, c’est parti, suivez-moi !

x
Aux grands artistes   Histoire Très Personnelle reconnaissante

Si vous émettez des gloussements de rire lors de la lecture d’Histoire Très Personnelle,
Si vous admirez au moins une personne née avant 1900,
Si la folie de votre imagination n’a d’égale que celle de votre passion,
Si cette passion est la photo, le dessin, le costume, le maquillage, la coiffure, etc.,
Et surtout de faire des choses aussi déjantées que belles…

Qu’attendez-vous pour contacter Histoire Très Personnelle ?
Votre place au Panthéon vous attend !

Contactez-moi
x
Dame Ariane
15ème Siècle
Mademoiselle
de Riri
18ème Siècle

Qui suis-je ?

Je m’appelle Ariane.
Non, pas comme la fusée ! Rhooo… Comme la princesse de la mythologie grecque : ma sœur c’est Phèdre et mon frangin c’est le Minotaure. Quant à mon mari, il s’appelle Bacchus…
Oui je sais, que des cinglés, ce qui expliquerait peut-être mon grain de folie ?

Que fais-je dans la vie ?

Être (enfin) en accord avec moi-même, ce que je ne saurais mieux vous conseiller ; c’est-à-dire vivre de mes passions, prendre du plaisir et surtout, être moi-même.
Non, ce n’est pas un discours idéaliste d’ado attardée, au contraire ! Ça m’a pris 30 ans pour le comprendre,  et surtout, pour oser le faire…
J’ai travaillé de nombreuses années dans la mode en faisant des choses qui m’ont parfois déplu, et j’ai même monté ma propre marque haut de gamme pour femme.
Dans ce magazine, j’ai décidé de réunir toutes mes passions, ce qui donne pêle-mêle : l’Histoire, l’écriture, la direction artistique (et même, je l’avoue, un soupçon de mode, pas pu m’en empêcher !).
La seule passion manquante à l’appel ici est le cinéma, mais ça viendra, je vous en réserve la surprise…

Alors certes, je ne gagne presque pas un rond mais n’empêche, vivre ses passions, qu’est-ce que c’est bon… Une vraie vie de luxe que je souhaite à tout milliardaire !

Pourquoi j’écris ce magazine ?

Franchement, vous en connaissez beaucoup parmi vos amis qui, comme moi, vont se rincer une dent avec le prince de Talleyrand (qu’est-ce qu’il picole celui-là !), coller des baffes à Robespierre ou encore faire la fête avec Marie-Antoinette ?
Non ? Alors, vous voyez, il faut bien que je vous raconte !

Moi au Moyen-Age

Ah, c’est vous mes amis ? Ouf, j’ai eu peur que ce soit quelqu’un d’ici qui m’ait pris en flag !

Je vous explique :

Comme vous le savez, je voyage dans les siècles à la rencontre de mes amis. J’étais donc partie me promener au 15ème siècle pour aller rendre visite à deux copines :  Agnès (Sorel) et Jeanne (d’Arc). Seulement voilà, cette gourgandine d’Agnès est occupée à forniquer avec son Carlito (Charles VII) . Quant à Jeanne, elle est plus ou moins devenue schizo depuis qu’elle entend des voix (ne le dites à personne, surtout pas aux Anglais, mais elle manigance pour prendre la tête d’une armée, n’importe quoi !).

Bref, tout le monde est très occupé et je m’ennuyais. Comme ce ne sont pas les activités fun qui pullulent à cette période de l’Histoire, je suis donc allée faire un tour à l’église, histoire de faire bonne figure et surtout bonne lecture.
Seulement je n’aime pas trop la Bible, il n’y a pas pire pour filer des maux de crâne (et ici pas la peine de chercher d’aspirine, vous ne trouverez que des hosties). Du coup, je remplace le livre Saint par le Saint des livres : le kamasutra. C’est l’accessoire indispensable quand on voyage au Moyen Age, je l’emporte toujours avec moi.

Mais chut ! Ne le dites à personne car je n’ai pas envie de me faire griller (au sens propre du terme !).

Bon, maintenant que vous êtes là, ça vous dit d’aller faire un tour chez ma meilleure amie, Marie-Antoinette ?

Moi au 18ème siècle

Votre voyage depuis le Moyen Age s’est bien passé ?
Moi, je viens de prendre 3 siècles et j’en ai les cheveux qui ont blanchi !

Nous voici chez Marie-Antoinette, mon illustre amie.
Elle adore organiser des sauteries dans son hameau. C’est Loulou qui lui a fait construire ce petit endroit.
Il est certes hyper sympa, mais ça a coûté les yeux de la tête, paraît-il… D’ailleurs pas plus tard qu’hier je lui disais : « Toinette, tu fais ta coquette en jouant à la paysanne avec tes moutons à 3000 dollars, mais ça en énerve plus d’un, tu sais ! Un jour ça tournera mal…».

Enfin bref, aujourd’hui on y joue une pièce de théâtre, veuillez donc excuser ma tenue champêtre quelque peu décontractée. Je me suis habillée à la hâte ce matin, en à peine une heure et demie, c’est vous dire…

Ça vous dérange si je boulotte un cupcake ? J’en ai piqués à la laiterie tout à l’heure, il parait que c’est Lafayette qui a ramené cette curiosité des Etats-Unis, j’en suis folle ! (de l’un comme de l’autre).
Chut, parlons moins fort ! Toinette est en train de jouer sa pièce de théâtre. Cachez-vous donc derrière mon éventail et continuons notre causerie à voix basse.
Entre nous, vous ne trouvez pas que son jeu d’actrice est pitoyable ? C’est comme cette duchesse de Polignac qui…
Comment ça, je critique ? Mais évidemment, voyons ! Manger et médire sont les plus savoureux passe-temps de ce siècle.

Allez, mes amis, je cesse de vous ballotter entre les siècles, cette fois c’est moi qui viens à vous…

Moi au 21ème siècle

Salut les amis, on se fait la bise ?
Ah… de retour au 21ème siècle, ça fait du bien !
Veste, legging et chewing-gum, c’est à ça que l’on sait qu’on est revenu à la maison.

Bon, on se fait la photo finale ? Afin que vous sachiez enfin à quoi je ressemble telle que Dieu m’a faite (et aussi la mode printemps-été, j’avoue !)
Meeeer… juste au moment où je faisais ma bulle de chewing-gum ! C’est fou cette faculté naturelle que j’ai de me faire prendre en flagrant délit de mauvaise conduite… Mais bon, autant vous y habituer dès à présent, parce que ce n’est pas prêt de changer ! ( Maman si tu me lis : désolée…)

Maintenant que la glace est définitivement rompue entre nous, on va pouvoir se balader en toute liberté et en toute intimité dans les différents siècles !

L’Histoire, c’est Mon Histoire…

Allez hop, c’est parti, suivez-moi !

x

Chers amis,

Bienvenus dans la tour de contrôle d’Histoire Très Personnelle.
Vous trouverez ici tous les futurs plans de vol : nos prochaines destinations (les articles à venir), et les nouveaux grands voyages dans l’Histoire (les nouveaux thèmes).
Nous décollons pour une nouvelle destination (nouvel article) chaque début de semaine, quant aux nouveaux grands voyages, c’est selon l’humeur du pilote.

Embarquement imminent !

Nouveau Grand Voyage : L’Amour

Prochaines Destinations

Lieux :
Dans le thème « Tortures et Châtiments » : Cartouche, un homme explosif

Lieux :
Dans le nouveau thème de « L’Amour » : Château de Maisons-Laffitte (A Monsieur le Marquis)

Merci d’avoir choisi Histoire Très Personnelle,
Bon voyage…

Chers amis,

Faites partie du Cercle des Initiés et recevez les articles dès leur sortie.

x
x

Chers amis,

Devenez membre du Cercle des Initiés d’Histoire Très Personnelle, et soyez les premiers à embarquer pour les nouvelles destinations !
Je viendrais toquer à votre boite mail une fois par semaine, à chaque nouvel article.

Notez qu’Histoire Très Personnelle impose une loi drastique à sa Newsletter (car c’est tellement vicieux une Newsletter sinon !) :

Article 1 : Jamais de spam tu ne feras
Article 2 : Pas plus d’une fois par semaine (max !) tu apparaîtras
Article 3 : Drôle toujours tu seras
Article 4 : Informations captivantes obligatoirement tu délivreras

Le non-respect d’un de ces articles entraînera la mort immédiate et publique de la newsletter, par procédé de décapitation du cou, euh… du code.

La page Facebook n'est pas encore disponible, mais vous pouvez déjà nous soutenir !
x